Faire du ménage un plaisir

Je sens bien qu’il y a dans cette phrase comme un schisme qui génère le doute. Alors cela mérite une explication.

faire du ménage un plaisir

Tout d’abord, pendant une cure de simplicité, c’est-à-dire un grand désencombrement, on en profite généralement pour faire un ménage complet. L’espace est libéré, les coins beaucoup plus accessibles qu’auparavant, « ménager » devient vraiment simple.

Ensuite, après une cure d’efficacité, c’est-à-dire un tri fin de ce qui est essentiel pour vous ou ne l’est pas, ne restent que les objets que vous préférez, qui vous aident à avancer dans votre projet personnel. Normalement, ces objets là ont un impact sur vous. Le contact intime avec eux pendant que vous les entretenez ne peut que renforcer leur effet bénéfique.

Et puis finalement, tout se fait naturellement. Tout s’est tellement allégé que, tout comme moi, il vous semblera normal de faire 15 minutes de ménage le matin, 15 min le soir, peut-être même au milieu de la journée. Comme on se lave les dents : sentir que c’est le moment, le faire sans réfléchir, et profiter de la sensation agréable que ce geste procure avant, pendant et après.

Préparer soi-même son produit de nettoyage : quelques gouttes de liquide vaisselle, quelques millilitres de vinaigre de ménage, quelques gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé dans un flacon d’eau. Plier un chiffon en micro-fibres tout propre. Partir pour un voyage de quelques minutes dans son espace de vie.

Un plaisir tel que vous devrez certainement mettre une alarme pour vous arrêter et revenir à d’autres activités…

Achetez le livre de Dominique Loreau : Faire le ménage chez soi, faire le ménage en soi